AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 •• a. siobhán mc dómhnaill— « made in ireland. »

Aller en bas 
AuteurMessage
Apólleenh S. Mc Dómhnail
- admin -
-3ème année-
RAVENCLAW.

avatar

Féminin Nombre de messages : 172
Age : 26
« H<u>umeur</u>. : blàh blàh blàh, bavarde ?
« R<u>ace</u>. : — semi-vampire
« P<u>hoto d\'identité</u>.<center& :
Date d'inscription : 08/01/2009

MessageSujet: •• a. siobhán mc dómhnaill— « made in ireland. »   Lun 12 Jan - 23:23

      a. siobhán mc dómhnaill — « made in ireland. »

(c) asheemenu


      « Blàh blàh.. Apólleenh, a-p-ó-l-l-e-e-n-h. Assez complexe j'avoue & surtout peu commun. Ensuite siobàan, s-i-o-b-h-à-n, peu courant. et enfin; mc dómhnaill, m-c espace d-ó-m-h-n-a-i-l-l. Irlandais quoi. Irlandais de par mon père, Arón Mc Domhnaill. Mon cher paternel. Un eternel, un vampire. Un éternel tombé sous le charme d'une jeune humaine, Estrella Giangliani. Italienne. J'ai rien d'une italien, pas même les cheveux. Mes cheveux ont des reflet roux, comme ceux de mon père. Je suis pas totalement rousse. Quand mes cheveux vous paraissent brun, c'est que je fais en sorte que vous voyez cela. je ne me préocupe pas des apparence, pas encore. C'est à dix sept ans que l'on se préocupe des apparences, pas à dix. Supris ? j'ia dix ans. et je suis fière des les avoirs. je mature, j'ia grandit physiquement à une vitesse halucinante, mais ça s'est calmé. Père dit que je vais rester sur mes dix huit ans. Tant mieux, je ne veux pas devenir vielle, je compte bien jouir d'une eternelle beauté. J'ai donc dix ans, je vais sur mes onze. Je suis parfois immature, posséssive & chétive. J'avoue, mais derrière ça je suis mature, adulte & responsable. J'ai déjà eut des relation amoureuse. Enfin non.. un petit ami, oui. Mais de l'amour, jamais. Mon aîné me couve. Dakota me couvre, je ne suis qu'une enfant, mais pourtant il ne peut pas m'ôter le droit d'iamer, il ne peut pas non plus m'ôter tout ce qui se rapporte à mon corps, mes sensations & mes désir, mon corps à dix huit ans alors que je n'en ai que dix. J'ai une capacité d'adaptation & d'apprentissage inhumaine. j'apprend à vitesse gand V & je m'adapte à tout. »

    je suis la sorcière derrière l'écran ;
      Prénom ou Pseudo = asheemenu
      Votre niveau Rp = pas trop mauvais en théorie
      Présence sur le forum = 7/7 en fonction des devoirs
      Avatar reservé = alexis bledel
      Comment avez vous trouvé le forum ? = le secret est fait pour rester secret.
      Code du règelement = le secret est fait pour rester secret.



_________________
        bang bang
          « a door left open, a woman walking by.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://p-nocturnus.keuf.net
Apólleenh S. Mc Dómhnail
- admin -
-3ème année-
RAVENCLAW.

avatar

Féminin Nombre de messages : 172
Age : 26
« H<u>umeur</u>. : blàh blàh blàh, bavarde ?
« R<u>ace</u>. : — semi-vampire
« P<u>hoto d\'identité</u>.<center& :
Date d'inscription : 08/01/2009

MessageSujet: Re: •• a. siobhán mc dómhnaill— « made in ireland. »   Mer 28 Jan - 23:27

    — « Addiction & déscision. »
      — « Qu'y a t il Rosaline ? » demanda alors l'homme âgée d'apparence d'une treinte d'année.
      — « Rien. » dis alors la dénomé Rosaline qui était blotti dans les bras de l'homme. Elle se blotti encore un peu plus.
      — « Rosa.. jt'en pris parle moi, ça fais des jours que tu es étrange. » affrima l'homme.
      — « Aron, je dois t'avouer quelques chose. » commença t elle, elle se déola de lui, afin de le regarder dans les yeux. la jeune femme de vingt trois ans, le dévroait des yeux. Ele fixait ses yeux bleus avec détermination. « Je suis encinte Aron, n'est ce pas merveilleux ? »
      — « Pardon ? » demanda l'homme en équarquillant ses yeux bleus.
      — « Je suis encinte Aron. C'est merveilleux ! »
      — « Non, c'est horrible ! Ce n'est pas merveilleux.. »
      — « Aron... »
      — « Rosaline, bon sang ! Tu sais ce que je suis; ce Chosesera un tueur né, rien ne l'en empêchera, rien, ce sont des abération de la nature, c'est contre nature. Cette Chose, te tuera, & sera capable de me tuer. Une Chose, un instinct de tueur ! »


    L'homme se leva du fauteuil où il était assit. Ses cheveux noir mis long lui tombaent sur les épuales. Son visage serein avait désormais laissé place à cette mine lugubre. Son visage sembalit encore plus pâle qu'avant. Il resta debout, un moment, sans doute. Il était angoissé. Ce qu'il était, sa nature se retournait contre lui, tel un boomrang. Il était un vampire & son amour pour cette sorcière, la conduirai à sa perte. Cette "chose" serait un tueur né d'après lui. Un "bébé" vampire, mais cette chose, n'aurai absolument rien d'un bébé innocent. Il n'avait jamais vu de né vampire, mais les enfants transformé en vampire était profondément interdit. C'était une menace. Cette chose était une menace.

    Il faisait peur, tendue. La dénomé Rosaline, brune, aux cheveux roux se leva. Elle s'approcha de son "amir", et essaya de le toucher. Elle avait peur de sa réaction. Pour elle, avoir un enfant de l'homme qu'elle aimait le plus au monde était la plus belle chose qu'il puisse lui arriver, même si cet homme en question se considère comme une piètre erreur de la nature. Selon Rosaline, tout le monde avait le droit à une seconde chance dans la vie. Ici, c'était la Chance de Aron. Il n'était pas paniqué. tout ce qu'elle demandait, c'était d'avoir son enfant. Et après devenir 'éternelle épouse de son vampire de mari. Elle était prête à mourri, ce sacrifice était necessaire. Rien de la rattachait à ce monde. Sa famille n'était rien pour elle. Absoluement rien. Elle n'avait ni frère, ni soeur. Ses parents étaient morts, du moins sa mère. Son père était prisonnier à Azkaban, la prison des sorcier, pour meurtre. Rosa n'avait rien à quoi se rattacher, cet enfant serait tout ce à quoi elle pourrait tenir, tout ce qu'elle pourrait aimer.

      — « Aron... »
      — « J'ai trouvé. » affrima l'homme.
      — « Trouver quoi ? »
      — « Je vais te débarassé de cette chose, elle ne te fera jamais de mal.» affirma t il avec détermination avant de faire un pas en avant pour la prendre dans ses bras.
      — « NON ! » hurla t elle en faisant un pas en arrière. « Ne me touche pas, ne le touche pas ! Laisse nous ! »
      — « Rosaline, enfin c'est un monstre !»
      — « NON ! C'est notre enfant ce n'est pas un monstre ! »
      — « Rosa, tu ne pourra pas le changer... il tuera, tu ne survivera pas ! »
      — « Tu me transformera alors. »
      — « je ne veux pas faire.»
      — « Alors je m'en vais. »
      — « Rosaline, bon sang ! je.. arrête.. tu va mourri, ej serai incapable de te sauver ! »
      — « Tu me transformera alors. »
      — « Rosa ! »
      — « Tu m'aime, promet moi de me transformer, et de l'élevé si je ne survit pas. j't'en supplie. »
      — « Rosa... je... je t'aime.. & je te le promet. »


    La jeune femme, qui était au bord des larmes, se jetta au coup d'Aron, ce grand homme. Il la serra si fort dans ses bras, qu'elle lui reclama de la lâcher. Il n'avait pas toujours le contrôle de sa force. La jeune femme pleurait sur son épaule, elle pleurait sans l'ombre d'un doute de joie. Elle qui avait rêvé d'avoir un enfant, elle qui avait troujours voulu être mère. Elle espérait simplement qu'elle serait à la hauateur, sans savoir pourquoi, elle avait la conviction qu'il s'agirait d'une fille. Elle voulait une fille, elle voulait qu'elle aie la grace de son pap, sa beauté, & surtout ses yeux. Rosaline ne savait pas si elle surviverai mais elle avait la foie, elle voulait que cet enfant vive, qu'au moins à travers le temps, et l'espace réside en ce monde, le témoignage de l'amour d'une humaine & d'un vampire.

    Quant à lui, il ne pleurait pas. Il ne pleurait jamais. Mais une mine triste et lugubre s'installa. Il avait la conviction qu'il allait la perdre. Il en était presque certains. Il avait peur de cette chose; tellement peur. Elle la tuerai, il en était certains. les né vampire étaient rare. Si rare que peu de légende en parlait.. Il chercherai, il avait cherché. leur étrainte dura si longtemps. Très longtemps. Il ne voulait plus la lâché, leur temps était compté. Aron cessa l'étrainte. Il la regarda amoureusement, cette humaine avait su capturer son coeur. Il baissa les yeux sur son vente, et le fixa. Un sentiement le parcourut, cette chose, serait pour lui, un tueur, et non une tueuse. Il en était certain. Rosa posa sa main sur son ventre, on ne voyait pas de forme, rien, mais il était là, elle en était sûre, ou plutôt elle. Elle l'enlaça, et l'embrassa. Il était sa dose d'héroïne, elle ne pouvait plus se séparé de lui, c'était impossible, seule la mort pourrait les séparer, ou peut être les rapprocher encore plus. Elle avait rpsi cette décision, donner la vie, et mourri, puis, devenir vampire.

      Trois mois plus tard.

    Un cri perça le silence. Un grand cri. Le cri d'une femme. Rosaline était allongé sur son lit & hurlait à la mort. Son ventre était bleu. Bleu, martellé de coup. Elle avait été frappé de l'intérieur par cette "chose" qui avait grandit en elle. Grnaidt, oui, mais tellement vite. En quatre mois, cette chose avait atteint une taille incroyable, la taille d'un bébé humain âgé de neuf moi, voir même plus. Cette chose avait atteint une taille record en un temsp record. Rosaline hurlait encore. Tout au long de cette grossesse, elle avait supplié Aron de laisser cette chose vivre, même si la créatur elui prenait chaque jour de sa vie. Rosaline avait même du boire du sang afin d'étancher la soif de la créature. Mais là, elle nen pouvait plus. Il fallait que cette chose sorte. Oui, il fallait qu'elle sorte. Mais comment ? Impossible de faire une échographie, le placenta qui entourait le bébé était opaque. Rosa hurla à la mort. En moins de quelques seconde, Arion fut là à ses côté, il caressait son front, il espérait que la douleur la ramènerai à la lucidité, il fallait qu'il tue cette chose. Oui, avant que ça ne soit trop tard. Rosaline suffoquait. Il angoissait pour elle, il ne pouvait rien faire. Ils avaient tout essayé, il lui avait redonner à boir du sang, mais, rien ne semblait calmer la chose. Une tête passa dans l'encadrement.

      — « Elle tient le coup ?»
      — « J'ai mal ! » hurla t elle.
      — « Dakota aide moi, on va exterminer cette chose.»
      — « NON ! » hurla t elle.
      — « Il faut la transfoRmer.» affirma Dakota. « Papa, on a pas le choix, elle va mourir.»
      — « NON ! »


    Elle poussa un hrulement, & se mis à gémir. Aron eut un movement de recule. Les yeux de Rosaline étaient rouge sang. Ses larmes couleur sang coulaient sur son visage dorée. Elle r'assit dans le lit & tenait ses deux mains fermemant sur son ventre trop arrondi. Elle pleurait. jamais, jamais elle n'avait ressenti pareil douleur, jamais. Elle se calma d'un coup, elle lâcha ses mains. Elle cessa de gémir. Aron la regarda inquiête. Elle était étrangement calme. Trop calme. Dakota à l'autre bout de la pièce regardait la scène avec réserve. Il sort en se plaquant la main sur la bouche, l'odeur du sang de Rosaline était parvenue jusqu'à lui. Il s'éloigna la plus possible.

    Aron resta au chevet de Rosaline. Elle le regardait avec amour. Elle murmura un mot d'amour à son attention. Il posa sa main sur son front. le silence était revenue, même si la respiration haletante de la jeune femme le brisait un peu. Sa respiration se stoppa alors quand Aron la regardait dans les yeux. l'espace de quelques secondes elle cessa de respirer. Puis, la seconde d'après, elle poussa un cri. Le pire cirs qu'elle n'eut jamais poussé. Le sang de la jeune femme éclaboussa les drap. Et son ventre.. Son ventre cèda. La suite, fut sans doute très sanguinaire. Aron sont du ventre de la mère le bébé. Ou plutôt la chose. Il la donna à Dakota, avec dégoût. Il reporta son attention à sa femme. Il l'embrassa et mordit son coup, Elle avait perdu tellement de snag que la transformation n'aurait sans doute pas lieu. Elle hurla une fois encore. Elle se clama alors. Puis le venin prenètra ses veine. Une chaleur parcourue tout son corps, une horrible chaleur, tout la brûlait.

    Dakota porta la chose. Il la lava. La petite chose ouvrit les yeux. Jamais il n'avait vu d'aussi beau yeux. Une peitte fille comme ça. Comment celav pouvait il exister ? Elle était rpopre et emitoufflé dans un drap propre. la petite fille était si belle, elle le subjuga. Il la porta jusuq'à la chambre, il entre. l'odeur du snag embrumait la pièce. Le lit était ensenglanté. Aron, ne daigna pas le regarder. Non. Il regardait sa femme qui souffrait, oui, encore. le venin faisait doucement effet, mais ses blessures guérissaient si lentement, qu'elles finirait par la tuer. Dakota s'assit sur le lit, gardant son self contrôl. Il tendit l'enfant au père. La mère qui souffrait tendis le bras pour effleurer l'enfant, ses mains ensanglnté tâchère de sang le drap & le visgae de l'enfant. Aron regarda alors l'enfant.

      — « C'est une fille.»
      — « Apolleenh » murmura t elle.
      — « Eloigne ce monstre.»
      — « Non ! » gémi t elle à bout de force.
      — « Elle n'a rien d'un monstre. Son coeur bat, sa peau est presque chaude. C'est une humain, ce n'est pas un monstre, regarde là..» affirma Dakota. « regarde la..»
      — « elle est magnifique, apolleenh.. ma petite apolleeenh.»
      — « Elle est.. elle est.. sublime.. » affirma Aron qui ne parvitn pas à détacher les yeux de l'enfant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://p-nocturnus.keuf.net
Apólleenh S. Mc Dómhnail
- admin -
-3ème année-
RAVENCLAW.

avatar

Féminin Nombre de messages : 172
Age : 26
« H<u>umeur</u>. : blàh blàh blàh, bavarde ?
« R<u>ace</u>. : — semi-vampire
« P<u>hoto d\'identité</u>.<center& :
Date d'inscription : 08/01/2009

MessageSujet: Re: •• a. siobhán mc dómhnaill— « made in ireland. »   Jeu 29 Jan - 0:18

    La petite fille ne pleurait pas. Non. La mère femra doucement les yeux, et cessa de bouger. Aron ne lâchait pas des yeux sa fille qui le fixait aussi. Pourqoi cette enfant le fixait elle ainsi ? Comment pouvait elle à seulement quelques minutes comprendre la signification de "fixer quelqu'un" ? Pourqoi cette gosse après seulement quatre moi dans le ventre de sa mère avait des allure d'enfant de trois mois moldu ? Il conmpros trop tard que sa femme l'avait quitté. Désorienté il pris sa main inerte & sa serra, cherchant à la rénaimé par la force de la pensée. Il aurait eut enevie de pleurer. Il regarda Dakota, son "fils" d'adoption en quelques sorte. Ce denrier lui tendit la petite fille. Aron la rpis & la fixa. Elle n'avait rien d'un monstre. Non, elle était belle. Elle était la dernière trace de l'union d'une humaine et d'un vampire, la trace vivante d'une histoire passé. Il se levba du lit, le lange qui enroulait sa fille était couvert de snag, mais qu'importe. Il se leva pour marchge avec. Il s'avança vers la fenêtre, il ouvrit le rideau & dit à sa fille=

      — « Tu vois Apollenh, ta aman nous a quitté mais s'en est allée, là haut, parmi les étoiles. Tu pourra l'observé chaques nuits. maintenant que tu as l'éternité pour toi.. »


    — « Accelération. »

      — « DAAA - KOOO - TAAAA » hurla alors une petite fille ayant l'apprence d'une fille de trois ans.. « J'ai faimm ! »


    Une moue boudeuse s'intalla sur la visage de l'enfant. Une guele d'ange. Une peau pâle & des yeux infininment bleus. Elle attendait devant une porte. Elle ne temburinnait pas dessus. c'était en cas d'ultime nécessité. Elle était habillé d'une petite robe rouge. Elle regadait boudeuse la porte. Elle attendait dans un couloir. Ce couloir, au fond, une chambre que son père avait condamné, là où était morte sa mère, quelques mois auparavant. Oui, quelques mois. La peite fille que vous voyez à tout juste six mois. A six moi, elle parait trois ans. Elle parle & comprend ce qu'on lui dit. L'intelligence & la croissance de l'enfant avait laissé son père & son grand frère sans réponses. La porte s'ouvrit en trombe.

      — « Tu as faim ?! »
      — « Oui.. »
      — « faim comment ? »
      — « Faim comme ça !.. » elle fit un signe de bras, elle gesticula.
      — « Euh.. j'vais... j'vais...»
      — « Je vais lui faire à manger » entomnna alors une voix féminine chantante.
      — « Merci Sybille ! » dit alors l'enfant avec politesse & bonne humeur.





_________________
        bang bang
          « a door left open, a woman walking by.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://p-nocturnus.keuf.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: •• a. siobhán mc dómhnaill— « made in ireland. »   

Revenir en haut Aller en bas
 
•• a. siobhán mc dómhnaill— « made in ireland. »
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
▬ Praesidium Nocturnus; :: •• passport to hogwarts •• :: — répartitions —-
Sauter vers: