AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 « l'ombre d'un saule bagarreur PV

Aller en bas 
AuteurMessage
A. Bradean Bergoff
- élève de 3ème année -
SLYTHERIN.

avatar

Masculin Nombre de messages : 59
« H<u>umeur</u>. : Maussade
« R<u>ace</u>. : — loup garou
« P<u>hoto d\'identité</u>.<center& :
Date d'inscription : 26/01/2009

MessageSujet: « l'ombre d'un saule bagarreur PV   Ven 30 Jan - 5:07


Bradean - Andrew - Elhysana

    Assis dans les broussailles, je veille. Pourquoi je veillerais à quoi que ce soit ? Je ne suis pas dans ma forme de chair et de sang. Du moins, pas celle où je possède deux jambes et deux bras. Je suis plutôt quadripède, pour le moment. Au creux de ma position assise, je ne pense pratiquement à rien. C'est ce qui est reposant, dans mon état, que je ne me soucie plus de rien, aucun soucis d'homme pour se complaire dans la forme animale. Il m'est déjà traverser l'esprit que l'on exauce le souhait où je pourrais demeurer éternellement sous cette touffe de poils et ces canines assérés. J'ai fais l'erreur de le dire à Chrisalhy, une fois, et j'ai reçu un poing minuscule sur le nez comme réaction et un « Ça va pas non, et moi, je vais devenir quoi ? Pas question, Auxence Bradean Bergoff, ou j'écris ton autre prénom sur ta pierre tombale ». Je souris - du moins, je le fis comme je le pouvais dans ma situation - en pensant à elle. Je ne parvenais jamais à m'assombrir l'esprit quand je pensais à elle. Elle, ma meilleure amie, celle qui faisait battre mon coeur à la chamade. Assis dans l'herbe, je veille et je les attend. Elles, les autres loups de l'école. Le temps a changé, et Remus Lupin n'est pas le seul dans sa condition. Je suis un loup-garou sauvage que l'aube atténue les traits sauvages pour leur redonner ceux d'humain. L'esprit est le plus rapide à redevenir sensé et rationnel, le corps est plus lent. J'en maîtrise certains symptômes, je me sais plus capable de m'active sous cette fourrure si l'une ou l'autre venait à ne pas venir au rendez-vous. Andrew et Elhysana. Deux jeunes femmes que j'ai le plaisir de côtoyer. J'ai le plaisir et la chance de veiller sur elles lorsque la pleine lune éclaire le ciel de ses vaporeux rayons. Je serre les dents, je me sens redevenir homme, pour un léger déplaisir. Rebonjour aux malaises, aux questionnements sérieux et aux déceptions. Aux mauvais souvenirs, aussi. C'est l'énième fois que je viens à la conclusion que je suis mieux dans ma peau de loup.

    Je me complais cependant au processus qui me permet de redevenir homme. Surtout que je les sens approcher, l'une l'autre n'est plus bien loin. J'ai pris le soin de leur amener plus près leur affaire. J'aurais préférer que l'on se rende dans la Cabane Hurlante, comme nos prédécesseurs, mais le temps ne nous le permet pas. Je m'incline alors davantage dans l'herbe folle et haute. Je sens mes jambes s'allonger, tout comme la fourrure qui s'effrite. Le processus n'est pas douloureux, ou alors je ne le sens plus. J'ai toujours été un loup-garou, aussi loin que remonte mes souvenirs. Au début, j'ai cru que j'étais le seul et que je devrais vivre misérablement de cette condition. J'ai eu la confirmation de l'horreur de ma condition en me réveillant, à cinq ans, dans les bras de mon père que j'avais mutilé. Il s'en était remis sans trop de problème, blaguant à ce propos. Les premières années d'un loup était sans doute les plus cruciales, et il s'était mis en tête de faire de moi un loup " bien ". À la réflexion faite, c'est plutôt idiot. Ma nature de loup-garou me prédispose à la violence et à la souffrance. Mon père a toujours eu des idéaux étranges. Mes membres s'allongent, mon visage se redessine et je sens le picotement de la brise. Rien de désagréable, ça me chatouille un peu. Je ferme les yeux, pour les réouvrir en ayant conscience d'avoir ceux d'ébène d'homme. Je ne suis guère vêtu, alors j'attrape des trucs tout près. Je jure en remarquant que c'est un truc d'Andrew, puis farfouille avant de tomber sur mes affaires. J'ai à peine le temps d'enfiler un pantalon qu'un crissement attire mon attention « Andy ? Elhy ? C'est vous ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrew P. Winthrop
- élève de 2ème année -
SLYTHERIN.

avatar

Féminin Nombre de messages : 129
Age : 25
« H<u>umeur</u>. : Horrible
« R<u>ace</u>. : — loup garou
« P<u>hoto d\'identité</u>.<center& :
Date d'inscription : 24/01/2009

MessageSujet: Re: « l'ombre d'un saule bagarreur PV   Ven 30 Jan - 6:16


    À bout de souffle, à bout de nuit. J'étais heureuse que cette dernière s'arrête. J'avais couru toute la nuit, j'avais tué quelques trucs dont je n'étais pas très consciente. Sans doute des bêtes. J'avais courus plus pour me défouler que pour échapper à Elhy, mais si c’avait été le but. La chose n'avait pas été difficile, quelques petits détour qu'elle ne connaissait pas et hop, la voilà perdue. Je courrais, ne m’étant même pas aperçu que la nuit achevais. Mon cerveau ne fonctionnait pas tout à fait de la même façon lorsque j'étais un loup. Je n'avais plus vraiment de pensées, ni de sentiments. Uniquement de la rage, des tactiques. Je me fiais à mes sens plus qu'à quoi que ce soit d'autres. J'écoutais les humains parler, je voyais très clairement dans le noir, je sentais les traces laisser par tout ce qui était passé, je pouvais également courir sans jamais me fatiguer. Mais la chose la plus réconfortante c'est que mon esprit était vide. Libéré de toutes ses tourmentes d'humains minable. J'aimais bien devenir cette autre personne, cet animal, cette bête. J'oubliais tout, jusqu'à qui j'étais, ceux que j'aimais. Comme ce soir, avant la transformation, Bradean m'avait donné rendez-vous au Saule au levé du jour. Je n'y pensais même plus, je ne voulais pas nécessairement y aller.

    Mon instinct m’avait tout simplement amenée au saule. J'avais sentit un autre loup, je m'y étais rendue. On pouvoir voir un monstre Noir et touffu approcher, reprenant doucement ses traits. Mes yeux tout d'abord, ma vision redevenant normal. Mon poil disparaissant pour ne laisser qu'une longue chevelure où mourraient quelques feuilles. Mes pattes devenaient de longs bras et mes pattes postérieures de longues jambes. Je trébuchais dans l'herbe, tombant à plat ventre dans cette dernière. J'avais perdu mon agilité de loup trop rapidement, j'étais tombée. Cella m'arrivais souvent. Je profitais tellement de ma nuit de sauvagesse que j'en oubliais que la nuit n'était pas éternelle. Je me retrouvais donc une nouvelle fois dans une situation délicate. Nue comme un vers, étalée dans l'herbe qui glaçait tout mon pauvre corps. Comme si ce n'était pas assez, mon ouïe encore en format loup, me fit remarquer que je n'étais pas seule.

    Andy ? Elhy ? C'est vous ?

    Oh, non, il ne manquait plus que cella. Il était vrai que nous étions très proches tous les deux, mais il y avait tout de même une limite à toute intimité. Je sentais déjà le malaise. J'espérais qu'au moins lui, il était vêtu. S'il fallait qu'en plus l'autre tache arrive, galère. Avant de ne répondre quoi que ce soit, je prenais le temps de retrouver mes moyens. Mon corps était peut-être humain, j'avais des pensées humaines, mais je me sentais encore bestiale. Il n'y avait que des grognements qui voulaient sortir de ma bouche. J'étais prise de panique, habituellement tous les changements se faisaient en même temps. J'hurlais à l'aide, mais personne ne me comprenais. Je fus soulagée en pouvant tousser un peu, comme une humaine. Mes murmurants quelques mots pour m'assurer d'être redevenue humaine.

    C'est Andy.

    Répondis-je tout simplement, encore à moitié paniquée et à moitié essoufflée. Je déposais mes mains sur le sol humide, poussant pour m'asseoir. Je fermais mes jambes, les approchants de moi, un bras tentant de cacher ma poitrine du mieux que je le pouvais. Peut-être que cella vous paraîtra étonnant, mais pour moi, mon corps était un peu sacré. Je ne voulais pas qu'on le voit, il était à moi et je n’étais pas de celles qui le dévoileraient au premier venu. Encore moins à un simple ami, par erreur. Je sentais déjà le malaise, mon malaise du moins. Je jetais un bref coup d'œil vers lui, il portait au moins un pantalon. Je rebaissais sitôt mon regard, je ne voyais pas l'intérêt de le regarder plus longtemps. Ce n'était pas gênant pour lui, mais bien pour moi. Pas seulement parce que j’étais nue, mais parce que mes cheveux étaient un dégât et aussi parce que mon visage et mon corps était recouvert de sang frais qui n'était pas le mien. Si Elhy et lui étaient de chiots pacifiques, pas moi. Moi j'étais sauvage, cruelle, sans cœur. Si quelque chose avait le malheur de se trouver sur mon chemin, il mourrait, point final.

    Tu pourrais m'apporter mes vêtements, s'il te plait Brad ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A. Bradean Bergoff
- élève de 3ème année -
SLYTHERIN.

avatar

Masculin Nombre de messages : 59
« H<u>umeur</u>. : Maussade
« R<u>ace</u>. : — loup garou
« P<u>hoto d\'identité</u>.<center& :
Date d'inscription : 26/01/2009

MessageSujet: Re: « l'ombre d'un saule bagarreur PV   Ven 30 Jan - 6:47

    C'est drôle de voir à quel point le retour dans ma peau se trouve toujours dérangée, et ce, fort heureusement. Je me sens simplement plus libre, pendant encore un bref moment. Rallonger ce temps d'insouciance où je ne pense à aucun évènement négatif, et où je peux vivre encore davantage le présent. Le bruissement était infime, indétectable pour la plupart des ouïes. Mais je ne suis pas la plupart des gens, et encore moins possédant des sens moyens. C'est donc la silhouette d'Andrew qui se dessina, mais je baissai automatiquement les yeux en la voyant apparaître de plus en plus humaine. Je devinais, même les yeux si bas, ce qui se passait en son sein, mais la bienséance et l'éducation que j'avais reçu me refusait cette vision qui serait on ne peut plus déplacé.Cependant, l'insconscient travaillant, je me forçai en m'imposant autre chose, tandis que les bruits dans l'herbe m'indiquait ce qui se passait pour Andy. Une Serpentard, tout comme moi, avec le même problème de lycanthropie qui est le mien. Je ne lui ai jamais demandé comment et quand, ça n'avait pas d'importance, au fond. On était simplement pris dans la même problématique, alors on avait fait connaissance. J'avais travaillé pour atteindre un certain degré de considération à ses yeux, mais cela m'avait tout simplement amusé. Andrew était une personne que l'on gagnait à connaître « La nuit à été bonne ? » demandais-je alors qu'elle atterit tout près.

    Sa voix résonna de nouveau. Je guettais les alentours, enfilant mon chandail, avant de secouer la tête pour aller palper le tas de vêtements, un peu plus loin, les yeux fermés et ne cillant pas. Attrapant les trucs de la jeune femme - j'espérais fortement ne pas m'avoir trompé - je les lui tendis du bout des doigts, ayant peur de toucher quelque chose qui n'était pas très pudique. Légèrement mal à l'aise, je me mordis la lèvre inférieure, devinant sans peine que j'aurais droit aux moqueries de ma compagne Vert et Argent « Je te les tends comme je peux, te moque pas Andy surtout » mais c'était peine perdu. Quoi qu'il en soit, Bradean laissa quelques minutes s'écouler avant d'ouvrir les yeux de nouveau, en tournant la tête vers la brune « Je retire ce que j'ai dis : t'a du passé une nuit d'enfer » lui lançais-je « au fait, tu sais ce qui peut la retenir autant ? ». Ce n'était pas tellement dans ma nature - menteur - mais je commençais sérieusement à me demander où Elhysana avait bien pu mettre les pattes pour revenir si tard...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrew P. Winthrop
- élève de 2ème année -
SLYTHERIN.

avatar

Féminin Nombre de messages : 129
Age : 25
« H<u>umeur</u>. : Horrible
« R<u>ace</u>. : — loup garou
« P<u>hoto d\'identité</u>.<center& :
Date d'inscription : 24/01/2009

MessageSujet: Re: « l'ombre d'un saule bagarreur PV   Ven 30 Jan - 7:20


    Le jeune loup était tout aussi mal à l'aise que moi selon ce que je pouvais voir. Je resserrais mon bras autour de moi alors qu'il s'approchait, me tendant mon paquet de guenilles. Il avait les yeux fermés, ce que je trouvais respectueux. Je me tournais dos à lui, attrapant mes vêtements un à un pour les enfilés. Avec toutes ses transformations, j'avais acquis de l'expérience et me vêtir en moins d'une minute n'était pas un défi pour moi. Je lui jetais un coup d'œil subtil avant de n'enfiler mon t-shirt. Il se mordait la lèvre, les yeux fermés, trop mignon. Je ne pu tout simplement pas m'empêcher de laisser échapper quelques gloussements moqueurs. C'est à ce moment qu'il ouvrit les yeux, heureusement que j'étais de dos à lui. Il n'eut donc droit qu'au spectacle de mon dos, mais déjà, s'en était tout un. Ma peau blanche était couverte de sang dégoulinant. J'enfilais mon haut sans plus de commentaire. Le liquide commençant déjà à sécher sur mon t-shirt que je devrais laver en toute discrétion si je voulais éviter les questions. Je me retournais finalement vers lui, m'approchant un peu plus de lui. Sa chaleur me réconfortait, moi qui ne portais qu'un short et un t-shirt dans ce matin frais.

    Non, je l'ai quittée au milieu de la nuit.

    Un sourire un peu cruel s'affiche sur mon visage. En fait, c'est entièrement de ma faut si elle n'est pas là. Mais ça, c'est mon petit secret. Je n'irais certainement pas dire à Brad que j'ai tout fait pour qu'elle se perde et que je la sème. D'un autre côté, ce n'est pas de ma faute, c'est la bête qui n'est pas sociable. En même temps, la perte d'Elhy à un avantage, je peux passer un peu de temps seul avec un loup qui à au moins la chance de ne pas m'énerver. Je soupir doucement, n'ayant aucunes envies de rester ici à attendre la gamine perdue. Elle finirait bien par arriver, rien ne lui était arrivé. Pour le moment j'avais froid et j'étais épuisée, je ne souhaitais que de me laisser tombée dans les bras chauds de Brad et qu'il me traine jusqu'à mon lit comme avant, comme lorsque la peste de petite rouge n'était pas dans nos pattes, poilues ou non. Je laissais ma tête allée se reposée sur l'épaule de mon ami, sachant que ce n'était pas ce qui l'importunait. J'étais tellement épuisée que je me refusais de fermer les yeux, de peur de m'endormir dans ses bras trop confortable. Ça m'ai déjà arrivé, plus d'une fois. Mais j'avais confiance en mon ami. À chaques matins, je me réveillais dans mon lit. Brad ne m'aurais jamais fait de mal ou quoi que ce soit pour me nuir. Il était trop doux, trop tendre, trop gentil. Même que parfois, je lui reprochais ses défauts. Il allait facilement ce faire blesser, se faire trompé par des personnes mal intentionnées. J'avais moi-même peur de lui faire mal, moi et mon caractère de chien, sans vouloir faire de jeux de mots. Il m'arrivais souvent de lui dire des trucs que je ne pensaient pas. Des trucs méchants lorsque j'étais en colère. Mais il finissait toujours par me pardonner, il revenait vers moi. Même si je le traitais de tous les noms, si je le frappais, lui brisait le nez. Il m'étais totalement impossible de me débarasser de lui. Tout simplement parce que pour lui il était inconcevable de m'en vouloir et inversement aussi.


Dernière édition par Andrew P. Winthrop le Ven 30 Jan - 9:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A. Bradean Bergoff
- élève de 3ème année -
SLYTHERIN.

avatar

Masculin Nombre de messages : 59
« H<u>umeur</u>. : Maussade
« R<u>ace</u>. : — loup garou
« P<u>hoto d\'identité</u>.<center& :
Date d'inscription : 26/01/2009

MessageSujet: Re: « l'ombre d'un saule bagarreur PV   Ven 30 Jan - 8:17

    Ne serait-ce qu'inconsciemment, la simple nature d'homme me pousse à imaginer la jeune femme que je devinais sans peine inondée de sang - en risquant peu d'avoir tord, j'en étais venu à connaître la manière dont elle passait ses nuits - sur sa peau d'albâtre, que je savais douce comme de la soie. Andrew était jolie, magnifique, la simple recherche de mots pour la décrire s'avérait presque un affront. Peut-être est-ce sa nature fugace et insouciante, insoumise et sauvage qui lui donne ce charme, cette aura particulière que, même les paupières closes, je devine ? Je lui tends ses vêtements, le bras éloigné du corps le plus loin possible afin de maintenir une distance raisonnable. La savoir en tenue d'Ève si près me faisait légèrement tourner la tête plus que de coutumes. Habituellement, la Cabane Hurlante permet une plus grande intimité que les hautes herbes près du Saule Cogneur. Pensant qu'après un moment elle aurait terminé, je découvris pourtant de mes prunelles de jais le teint laiteux, comme les aristocrates des siècles derniers, de la Serpentard. Bordée par des traces bordeaux qui séchaient grâce au soleil, j'entendis ses gloussements, que j'expliquai par mon air innocent, et surtout idiot. Quittant des yeux l'échine de mon amie, je sentis l'herbe frissonner tandis qu'elle s'approcha de moi, profitant de ma température interne nettement plus élevée que la moyenne.

    « Je vois. J'imagine que c'est mieux pour elle d'être loin de toi, de toute façon » Que dire d'autre ? J'avais eu à lui faire face, une fois - je m'en étais rendu compte à mon éveil, puisque j'étais en pitoyable état - et elle n'était plus que l'ombre d'elle-même. Une bête énorme et insatiable, qui tue par plaisir et qui s'abreuve du sang à s'en gaver. J'entends son soupir que je ne parviens pas à expliquer. Chaque femme possède ses secrets, et je ne cherche pas à connaître ceux d'Andy. Elle avait déjà octroyer une place dans sa vie sans que je la lui pourrisse en la questionnant inutilement. Non, mes yeux braqués sur la foret, plissant légèrement pour agrandir mon champ de vision, rien ne se passe. La tête de la brune se pose sur mon épaule, et j'appose la mienne légèrement. De loin, on croirait un couple. En fait, nous sommes simplement unis par notre nature. J'y crois, du moins. J'apprécie Andrew pour qui elle est, et chaque geste qu'elle fait en accord avec elle même. Je suis beaucoup plus complexe, et ma nature profonde, peu la connaisse. Je suis un amas de contradiction, le plus doux des hommes comme le plus calculateur également. Je suis gentil, mais je sais également quand jouer l'opportuniste. Pourtant, avec Andy, je me suffisais simplement à adoucir son tempérament bouillant « Repose-toi, tu en as besoin. Je veille, de toute façon »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrew P. Winthrop
- élève de 2ème année -
SLYTHERIN.

avatar

Féminin Nombre de messages : 129
Age : 25
« H<u>umeur</u>. : Horrible
« R<u>ace</u>. : — loup garou
« P<u>hoto d\'identité</u>.<center& :
Date d'inscription : 24/01/2009

MessageSujet: Re: « l'ombre d'un saule bagarreur PV   Ven 30 Jan - 8:58


    Il avait raison, infiniment raison. Être en ma compagnie en général était mauvais. J'étais trop méchante, trop sauvage et trop folle pour avoir une relation saine avec qui que ce soit. Si certains lycans restaient humains un minimum, je n’étais pas de ceux là. Je ne me rappel pas de la nuit, mais je me rapel du matin. Je m'étais réveillée dans la cabane hurlante, l'autre loup à mes côtés. Son corps étaient couvert de marques des griffes et même de quelques morsures. Et moi, j'étais couverte de son sang. Je m'en étais voulu, énormément. J'avais doucement approché ma main d'une de ses plaies, il avait poussé un soupir de douleur. Le malheureux, même blessée, c'était occupé de moi. Je portais une chemise de nuit noire que j'étais certaine de ne jamais avoir enfilé. Il avait toujours été là pour moi et je le ne comprenais pas, il devait vraiment aimer se faire du mal pour continuer à me fréquenter ainsi. J'avais mutilé son pauvre corps avec tellement de forçe que je m'étais endormie. Il m'avais ramassé, à moitié mourrant et m'avais enmener avec lui. Tout cella sans me manquer de respect, j'en était certaine. À peu près certaine que c'était Elhy qui avait du me vêtir tellement il tremblait à la simple idée de le faire lui même.

    J'avais déjà fermé mes yeux alors qu'il me conseillait de me reposer. Je ne voulais pas sombrer, pas maintenant, mais j'étais tellement bien. J'ouvrais légèrement les yeux avec ce qui me restait de forces. Mes yeux se posaient sur son visage, je lui étais tellement reconnaissante et pourtant je ne lui montrais si peu. Ma main se levait dans ses derniers regains d'énergie, allait doucement caresser sa joue.

    Merci...

    Mon mot unique ce fondait en un murmure alors que je plongeais définitivement. Je devenais un dégât, plus qu'un corps sans vie ni énergie. Il ne me laisserait pas debout comme ça. Mes mains faisaient le tour de son coup, il allait faire comme à l'habitude. Il allait me prendre dans ses bras comme un princesse et allait doucement me bercée. Brad était un garçon vraiment indescriptible. Mais la chose la plus importe, c'était qu'il comptait beaucoup pour moi, que je ne savais pas ce que j'aurais fait sans sa présence. Je me serais sans doutes réveillée à des endroits différents et tous aussi sordides les uns que les autres à chaque matins. J'avais besoin de lui. Je détestais dépendre de quelqu'un, mais j'avais besoin de lui pour me serrer lorsque le monde tombait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elhysana V. Winks
- élève de 1ère année -
GRYFFINDOR.

avatar

Nombre de messages : 60
« H<u>umeur</u>. : Better every second
« R<u>ace</u>. : — loup garou
« P<u>hoto d\'identité</u>.<center& :
Date d'inscription : 24/01/2009

MessageSujet: Re: « l'ombre d'un saule bagarreur PV   Ven 30 Jan - 21:50

    Le compte à rebours avait enfin toucher à sa fin. ce soir était le bon, celui ou je me transformerais, contrairement à beaucoup de personnes dans le même cas que moi. Ces nuits là étaient surement les meilleures de ma vie, une impression d'être quelqu'un d'autres, et d vivre une autre vie. apprendre à le maitriser, et découvrir de nouvelles choses sur moi même dont je n'avais pas l'ombre d'une idée. Je connaissais peu de personnes de la même espèce, et à vrai dire, je n'avais pas vraiment envie de les connaître. Depuis peu, je traine avec deux serpentard, Andrew et Bradean. Je ne suis pas une adepte des préjugés, mais il y avait des moments ou je préférais gardé mes distances. Non, je ne suis pas une "anti-social". Mais il y avait des soirs, ou je préférais rester seule, et l'aventurer un peu seul. En parlant d'aventure, j'en ai vécu quelques unes, depuis que je traine avec ses deux-là. Andy, une jeune fille à peine plus vieille que moi, pourtant, elle est bien plus mature que moi. Elle est plutôt jolie selon moi, un peu comme une poupée, mais ce physique d'ange est vite trahit par son caractère assez impulsif. Je me rappelle très bien de cette soirée, ou les pulsions de la jeune serpentard fut plus que ... agressive. Et Bradean en a subit les conséquences. Bradean, il est assez étrange, je le suis toujours dit que sa place n'était pas dans la maison des verts et argents, lui et Andrew sont assez proche. Une autre raison pourquoi je préfère m'éloigner un peu plus. Enfin bref, le vent soufflait fort ce soir-là. Mais cela ne me posait pas trop de problèmes une fois transformé. Plusieurs fois j'avais croisé mon amie louve, qui ne manqua pas de semer à plusieurs reprises, finalement, j'ai laissé tomber. je ne m'étais jamais aventurer plus loin, que les frontières de l'école. Et aujourd'hui en était l'occasion, la forêt interdite. Voilà comment s'appelait le lieu tabou de beaucoup d'élèves bien trop froussard pour s'y rendre. D'un pas léger, j'essayais de ne pas trop me faire remarquer, chose peu facile à cause de se fichu pelage beige, presque dorée. Mais heureusement, ce n'était pas la première fois que je prenais des risques dans ce genre, j'avais prit quelques précautions, en reniflant toutes les odeurs dans le périmètre, enfin, surtout celle susceptible de me causer des ennuis. Aucunes de ses odeurs m'étaient familière, et puis tant pis, autant y aller jusqu'au bout. Ma faim commençait vraiment à devenir incontrôlable, j'avais l'impression de sauter sur tout ce qui bougeait. Des traces de sang et d'égratignures couvraient mon corps, ma transformation n'avait pas durer bien longtemps. Je m'y était un peu près habitué, mais elle restait très douloureuse, Bien sûr, je n'avait plus de vêtements, quelque chose d'assez glauque chez les loup-garous, et j'avoue, cela me mettais toujours plus que mal à l'aise. Mes habits étaient dispersé autour de la lisière, et il ne me restait plus qu'a les ramasser, espérant que personnes ne viendrait à ma rencontre.


    Andrew et Bradean, voilà la première chose que je vis en arrivant près du saule cogneur, je compris que celle-ci était )à bout de force. En prenant une démarche assez discrète, histoire de ne pas trop me faire remarquer. J'avais presque réussi, j'avais presque réussi à passer à côté du jeune homme sans que celui-ci me remarque, je n'aimais pas trop assister à ce genre de scène, le genre Andrew et Bradean. Seulement, il fallait que le craquement de feuille sous mon pied fasse réagir le jeune homme, qui instantanément se retourna vers moi. Son visage était serein, les bras liés autour de son amie, ma seule réaction fut un sourire, j'étais rassuré. Ils ne leur avaient rien arriver en mon absences, bien sûr, ils s'en auraient sorti très bien sans moi. Pour l'instant j'étais encore un mystère à leurs yeux, il avait été très rare que je me transforme en leur compagnie. Eh oui, j'étais une lycanthropes plutôt solitaire, un besoin et un sentiment que je ressentait pas sous ma forme humaine, quand le soleil allait se lever, je reviendrais la bonne vieille Elhysana, de d'habitude. Celle qui serait un peu chiante sur les bords, mais qui seraient pardonner grâce à ses rires de petite fille. Mon regard s'était détaché de Bradean, j'observais désormais Andie. Elle semblait si faible, que je ne put m'empêcher de ressentir un peu de peine pour elle.

      ELHYSANA ― « Elle dort? Désolé de ne pas être venu plus tôt. J'avais trop faim. » Un petit gloussement s'échappa de ma bouche. Chose qui avait sans doute dut alarmer la jeune fille. Andrew venait de comprendre qu'ils n'étaient plus seul. La jolie brune se retourna, toujours agrippé à Bradean, pour me fixé.

      ELHYSANA — « Il faut vraiment que je choisissent mieux mes entrées. Désolé du petit dérangement. De toute façon je m'apprêtais à partir. » Je grimaçai, histoire ne pas trop la mettre mal à l'aise, celle-ci s'était détaché de son vieil ami, qui semblait rester muet. j'avais un peu l'impression d'être un poids, pendant ces quelques secondes venant de se dérouler. m'apprêtant à tourner les talons. Espérant faire une sortie plutôt digne, le saul cogneur avait lui aussi chosis le mauvais moment pour se mettre en rogne.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A. Bradean Bergoff
- élève de 3ème année -
SLYTHERIN.

avatar

Masculin Nombre de messages : 59
« H<u>umeur</u>. : Maussade
« R<u>ace</u>. : — loup garou
« P<u>hoto d\'identité</u>.<center& :
Date d'inscription : 26/01/2009

MessageSujet: Re: « l'ombre d'un saule bagarreur PV   Sam 31 Jan - 6:09

    J'ignore si ce sont mes mots qui la poussèrent dans les reculs de sa pensée. En cherchant bien dans la structure de la phrase qui avait dépassé ma pensée, je passai la main dans mes cheveux. Andrew pouvait-elle avoir pris au mot le mot ce que je venais de lui dire, innocemment ? J'aurais eu envie de lui dire que ce n'était pas le cas, mais ce serait mentir. Si la Verte et Argent était plutôt insondable pour la majorité des gens - et donc un brin sauvage - elle ne pouvait pas savoir à quel point c'était cette fougue que je lui trouvais de plus particulier. De spécial en elle. Cette étincelle d'audace, que personne ne semble pouvoir apprivoiser. Je ne parviendrai sans doute jamais à me rebeller d'une manière telle que mon amie le fait, ou comme je connais Lillyann, ces deux-là ayant de nets points communs et similarités. Le dire à l'une ou à l'autre, c'est se mettre sous une pluie d'injures et de scandales. Ça me fait sourire. J'adore voir à quel point elles sont différentes à moi, et comme je les envie d'étaler ce qu'elles sont au grand jour. Je suis encore trop dominé par de vieilles habitudes pour laisser voir l'être sauvage qui navigue entre mon esprit et ma conscience depuis des temps reculés. Que sa nature m'inflige certaines blessures physiques à l'occasion était fugace, comparé au plaisir que je prennais à la côtoyer. Cela ne datait pas d'hier, la douleur ne me faisait pas peur. Elle me remettait même les idées en place, et comme j'étais doté d'une capacité de guérison nettement supérieure à la moyenne, rien ne me faisait peur. Pas même la Grande Faucheuse. Masochiste, vous dites ? Hurlez le à plein poumons, simplement.

    Andrew se blottit contre moi, et sa main parcouru mon visage. Un léger frisson me traversa, ce n'était pas dans ses habitudes. Je n'en démontrai rien, mais un léger sourire sembla se frayer un chemin sur mes lèvres pâles. La laissant prendre place, lui ourvant mes bras comme j'avais l'habitude de le faire, je lui murmurrai un « Bonne nuit l'amazone » en riant doucement. Maintenant qu'elle s'était assoupie, le silence devenait pesant. Je pensais à Elhy, quelque part dans les bois, seule. Soit j'étais sérieusement dérangé, soit j'étais doté d'un côté fort protecteur beaucoup plus prononcé que je l'imaginais à la base. Elhysana Winks. Plus douce et réfléchie que ma sauvage compagne de Serpentard, elle était beaucoup moins prévisible. Il y avait peu de temps que je la côtoyais, elle qui préférait la solitude à la meute. Je peux comprendre, puisque la Gryffonne n'a jamais eu qui que ce soit pour lui montrer ce que c'était. Du moins, j'en étais venu à cette conclusion. À plusieurs, on était plus fort, certes, mais on risquait - de par notre inconscience - de se blesser involontairement. Guettant le moindre bruissement étranger dans les alentours, outre la respiration calme d'Andy lové dans mes bras, où je calai sa tête au creux de ma poitrine, les feuilles du Saule Cogneur qui s'ondulait souplement, innocent bien qu'on ne peut plus dangereux. Le temps passa, et je sentis mes yeux se clore, pour me concentrer sur le vent qui soufflait. J'ouvrai les yeux pour la voir apparaître à l'horizon, croisant son regard, me concentrant uniquement sur ce dernier, et lui adressant un sourire satisfait. Outre des égratignures, elle était indemne. La Rouge et Or m'impressionnait, m'intriguait, aussi. Je la connaissais si peu, au fond. On partageait simplement un secret - grand secret - et rien d'autre « Ne t'inquiète pas, c'est compréhensible. Je suis simplement méfiant par principe, on ne sait jamais ». Peut-être me trouverait-elle ridicule de m'inquiéter pour elle. Ou peut-être pas.

    Remontant la silhouette de la loup-garou exténuée dans mes bras, je me redressai sans peine, comme si Andy n'était qu'une plume. Je me retournai pour laisser le loisir à Elhysana de se vêtir convenablement et de retrouver toute son humanité. Sa nature humaine, que j'abandonnais comme elle lors de la pleine lune. Sa voix me parvint alors que je lui faisais dos. Andrew s'agita légèrement dans mes bras, mais elle en avait vu d'autre « Ce n'est pas nécessaire, nous rentrons aussi... » quand je fus interrompi par quelque chose qui fendit violemment le vent. Une branche du Saule Cogneur s'agita et je dus faire un bond périlleux, avec la Vert et Argent contre moi « Attention, Elhy, à ta droite ! ». Il avait vraiment choisi son moment, celui-là. Profitant d'un court instant de répit, je passai le revers de ma main sur la joue de mon amie « Tu m'en vois navré, mais j'irai te border au Dortoir plus tard. Pour le moment, j'ai besoin de tes jambes pour éviter... MERLIN SAUTE ELHYSANA ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrew P. Winthrop
- élève de 2ème année -
SLYTHERIN.

avatar

Féminin Nombre de messages : 129
Age : 25
« H<u>umeur</u>. : Horrible
« R<u>ace</u>. : — loup garou
« P<u>hoto d\'identité</u>.<center& :
Date d'inscription : 24/01/2009

MessageSujet: Re: « l'ombre d'un saule bagarreur PV   Sam 31 Jan - 6:54


    J'étais bien vite partie, quoi que restant toujours à moitié consciente. Je sentais les bras chaleureux de mon ami qui veillait sur moi. J'entendais son cœur et son souffle qui jouaient à l'unissions. Je n'étais maintenant plus frigorifiée, j'étais tout simplement bien et assommée. J'entendais et sentait tout ce qui se passait autour, encore un peu animal. Oui, je restais toujours un peu animal. Mais lors de soir de pleine lune, s'était autre chose. Je reprenais ma forme humaine dès que l'aube m'avais efflorée, mais je gardais mes sens de loup tant et aussi longtemps que la lune ne s'était pas couchée. Ouïe surdéveloppée, rapidité, puissance. Je n'en étais pas tout à fait consciente parce que mes matins n'étaient jamais vraiment beaux. J'étais à bout de forces pourtant, la puissance et la rapidité ne m'habitaient plus, mais mon ouïe était bien à l'œuvre. Mon odorat également. Mais mon nez enfuis dans la poitrine du serpentard ne pouvait sentir autre chose que l'odeur des hautes herbes et de la forêt dans laquelle il avait courut et dont sa peau en était imprégnée. Je l'entendis me souhaiter bonne nuit, me traitant d'amazone. Si j'avais eu un peu plus de forces, j'aurais sourit. Je n'entendais plus que lui, rien au alentour sinon le saule calme. Je perçu par contre très facilement les pas discrets de la gryffondor. Bradean l'avait remarqué, je sentais son cœur continuer à battre au même rythme. La jeune femme s'excusait de son retard, s'excusant aussi de nous avoir déranger. Au début je ne compris pas sa dernière excuse, mais me rappelais soudain être dans les bras du jeune homme. Nous n'étions pas un couple malgré que nous fussions très proches et que parfois c'est ce dont nous avions l'air. Mon ami lui répondit quelques mots que je n’entendais pas, mon audition étant concentrée sur un autre son. Une branche fendit violement l'air, je la sentis frôler mon bras. Brad m'avait serrée contre lui et avait sauté pour éviter le coup.

    Je sentis à nouveau le sol froid dans mon dos. J'étais couchée sur le sol. Je sentais le revers de la main de Brad caresser doucement ma pommette. Je ne savais pas trop ce qu'il se passait, je n'entendais que des coups de fouet dans l'air. J'entendis à nouveau le murmure de la voix du loup qui me disait qu'il irait me border plus tard, qu'il avait besoin de ses jambes. Il cria également à Elhy qui devait éviter une branche. Je sentis les mains du vert me quitter, j'agrippais sa main, le tirant de nouveau vers moi avec le peu de forces qu'il me restait.

    Prend ma baguette, dans ma poche. Vise le bas de l'arbre. Solcognus...

    Mon discourt n'était pas tout à fait clair. Je lui disais de prendre ma baguette qui ce trouvait dans la poche de mon jeans. Je lui disais aussi de lancer le sortilège qui immobilise le saule ; Solcognus. J'espérais qu'il le connaissait. Moi oui, mais je n'avais pas assez de forces pour le faire. Je paniquais intérieurement, m'inquiétant pour la petite Elhysana. Si petite et fragile, le saule allait la brisée en mille morceaux. Je me demandais ce que faisait mon ami à rester pencher au dessus de moi pendant que l'autre loup avait besoin d'aide. À moins qu'il ne soit déjà partit sans que je m'en rende compte. Je me sentais inutile, un poids, un boulet. J'aurais voulu les aidés, mais mon corps de pauvre humaine réclamais le sommeil paisible. Je restais donc couchée dans l'herbe. Immobile, si immobile qu'on aurait pu me croire sans vie. Mais ma poitrine continuait de se lever et de s'abaisser à rythme de ma respiration tranquille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elhysana V. Winks
- élève de 1ère année -
GRYFFINDOR.

avatar

Nombre de messages : 60
« H<u>umeur</u>. : Better every second
« R<u>ace</u>. : — loup garou
« P<u>hoto d\'identité</u>.<center& :
Date d'inscription : 24/01/2009

MessageSujet: Re: « l'ombre d'un saule bagarreur PV   Sam 31 Jan - 15:59

    Tout se passa si vite, si seulement les mots de Bradean auraient put m'atteindre plus tôt. Mais heureusement, les effets lycanthropes ne s'étaient pas encore évaporer. andy et Brad s'étaient tout les deux réfugier. il ne restait plus que moi, immobile. La seule chose qui me fit réagir fut le son de la voix du serpentard, m'avertissant une nouvelle fois. le saul cogneur ne s'en prenait plus qu'a moi. Je courais vite, certes, mais cela ne suffisais pas. Je n'avais que ma baguette pour me défendre, et pour tout vous dire, cela n'allait pas me servir à grand chose. en tant que première année, je connaissais que quelques sorts de base, rien de spectaculaire. Heureusement, Appoleenh m'avait appris quelques tours pendant ses heures perdues. Je crois bien que lui devrait une fière chandelle. Enfin, si je m'en sort. J'essayais tant bien que ml de garder pour calme et d'évaluer la situation: je suis à moment précis attaquer par un arbre fou dans la nuit. Que faire? C'est dans ses situations là qu'on aurait aimé être plus attentif au cours de sortilèges, mais il était trop tard pour regretter. Peu à peu je me rapprochais du tronc de l'arbre. Ce qui facilita ma chute, les racines du saul cogneur s'étaient enroulés autour de mes chevilles, m'envoyant valser dans tout les sens, ce n'était vraiment pas mon jour. Pourquoi est-ce que j'étais né petite? En vain, j'essayais d'arracher les branches, ne voulant toujours pas lâcher ma jambe. Finalement ce satané saul me lâcha enfin, propulsé vers le sol, il me fallut quelques secondes avant de reprendre une vision convenable, et pouvoir bouger ne serrais-ce qu'un muscle. Ma tête était devenu un souffre douleur, mais là n'étais pas le problème. Andrew et Bradean avait disparus. Bondissant sur mes jambes, eh oui, le miracle des lycanthropes. Mon corps pivotait de droite à gauche, cherchant les serpentards, mais en vain.

      ELHYSANA — « Bradean! Andrew! C'est pas le moment de vous dégonflez! Vous êtes ou?! »Sans réponse, un soupir s'échappa de mes lèvres. Je ne savait pas ou ni pourquoi ils étaient partis, peut-être pour mettre Andrew, exténuée à l'abri, je n'aimais pas fuir, et pour l'instant j n'avais pas trop le choix, car malgré mon inactivité, le saul cogneur, lui, n'avait pas l'air fatigué mou calmé pour autant. Et au fond de moi j'espérais que s'était juste un mauvais rêve.


    Je n'aimais pas les lâche, et je n'aurais jamais crut que bradean ou Andrew me laisserait en plan ainsi, peut-être étaient-ils aller cherché de l'aide qui sait. hj'ésperais juste qu'ils ne soient pas trop loin. Après m'être pincer une dizaine de fis, je compris que ce n'était pas un cauchemar, les effets loup-garous commençaient à s'affaiblir, e bientôt, je ne serais qu'une petite humaine sans la moindre défense. le saul cogneur ne m'avait pas encore localiser, agittant ses branches dans tout les sens, il ne me restait plus qu'a prier. Soudain un bruit retenti. j'avoue que sur le coup, ce petit craquement me fit sursauté. J'espérais de tout mon cour que se soit Andrew ou Bradean.

      ELHYSANA — « Bradean! Andrew! Si vous êtes là repondez! »Je sentis la précense de quelqu'un d'autre, ce qui me fit sourire. Je crois bien que cette nuit aura été la plus terrifiante de toute ma vie, le saul cogneur ne s'était toujours pas calmer! Quelque part je me demandais si un jour il allait arrêter de cogner dans tout les sens ses épiasses branches, capable de me briser en un seul coup. Soudain, un silence s'installa, comme si l'arbre avait cessé toute activité, mais à peine eut-je le temps de reprendre la respiration, qu'une branche d'une taille gigantesque partit en ma direction.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A. Bradean Bergoff
- élève de 3ème année -
SLYTHERIN.

avatar

Masculin Nombre de messages : 59
« H<u>umeur</u>. : Maussade
« R<u>ace</u>. : — loup garou
« P<u>hoto d\'identité</u>.<center& :
Date d'inscription : 26/01/2009

MessageSujet: Re: « l'ombre d'un saule bagarreur PV   Dim 1 Fév - 8:07

    La présence d'Andrew Winthrop tout contre moi, beaucoup plus fraîche, me permettant de ressentir une douce brise contre ma peau brûlante. Si mes acolytes ne ressentaient pas cet effet permanent du à leur condition de loup-garou, la mienne me promettait de me protéger de toute forme de froid. Je ne le ressentais que comme des picotements ou des frissons, quand un flocon de neige se déposait sur ma paume, par exemple. Le froid était électrifiant, fascinant. Si les buveurs de sang ne m'aurait pas à ce point répugné - je n'ose même pas imaginer quelles créatures infâmes et cruelles elles peuvent être - je m'aurais sans doute avancer à frôler leur peau. Par simple curiosité. Par simple soif de savoir, sont-ils si froids qu'on le raconte ? Me revoilà plonger dans mes songes d'homme, avec une femme qui perdait tous ses malices lorsqu'elle sombrait ainsi au creux de mes bras. Ce n'était pas la première fois. Ce n'était certes pas la dernière non plus. Andy avait ce don d'user de toute son énergie vitale lorsqu'elle baignait dans l'insouciance de la pleine lune. Elle ne se corrigerait jamais, malgré ce que j'avais voulu lui en dire. C'est qu'elle était plutôt bornée, et c'est une chose qui me charme chez elle. La laissant doucement glisser entre les paumes réconfortantes de Morphée, ce fut la cadence régulière des pas de Elhysana qui attira mon attention. Relevant la tête, je lui offris un radieux sourire. Parce que j'étais ravi qu'elle soit de retour, et ce, en un seul et unique morceau.

    Quelques sottes paroles. Qui noyèrent à mes oreilles les premiers crissements du Saule Cogneur. Heureusement, la Gryffonne savait à quoi s'attendre, et m'indiqua quand sauter. C'était ce que j'appelais être un peu juste. Opinant du chef, gardant pour plus tard mes remerciements à l'intention de la lionne, je déposai Andrew un peu plus loin. Son corps ne répondait à aucun stimulus, sinon son regard alerte. Je serrai les dents en me rendant compte qu'elle ne serait d'aucune aide, maintenant. Sa vitalité avait été si follement consumé durant la nuit qu'il ne restait rien. Plus rien. Rejetant mes cheveux vers l'arrière, jetant un coup d'oeil à Elhysana qui en avait plein les bras, ce fut lorsque je me précipitai pour l'aider, un peu en catastrophe, qu'Andy me retint. Abasourdi, je mis un instant à comprendre. J'entendis « baguette », « bas de l'arbre » & « Solcognus ». N'ayant plus d'autre chose que de la quitter, elle qui était à une distance suffisante des branches violentes du Saule, je remarquai que la Rouge et Or avait des problèmes « Elhysana, je suis tout près. Déplace-toi un peu sur ta gauche, je... » et je perdis momentanément le souffle, happé par une branche qui s'enfonça dans mon sternum. Cependant, bien qu'à bout de souffle, les nouveaux cris de la loup-garou m'alertèrent. Me redressant, levant la baguette que j'avais prise dans la poche d'Andrew en un mouvement souple, d'une voix claire « SOLCOGNUS ! » lançais-je, avant de courir en direction d'Elhy. Dernier mouvement fugace pour la renverser alors que la dernière branche reprenait son envol en dandinant, soulever par le vent et la magie. Essoufflé, la main crispée sur la baguette, je posai mon regard sur ma compagne « Tout va bien ? Rien de casser ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: « l'ombre d'un saule bagarreur PV   

Revenir en haut Aller en bas
 
« l'ombre d'un saule bagarreur PV
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sous l'ombre d'un saule.
» A l'ombre mouvante du Saule Cogneur
» L'ombre furtive est là, mais vous ne la voyez pas...[En attente d'autres validations]
» Enfin ! Baptême Petit Saule / Petit Corbeau
» Voyage en ombre et disparition d'armée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
▬ Praesidium Nocturnus; :: •• Le Domaine •• :: — le saule cogneur —-
Sauter vers: